L'émerveillement rosit notre âme d'enfant!

Publié le par Charlotte

206429 328029893978089 1971745890 n[1] 

 

Les premiers décors de Noël s'invitent dans les grands

magasins parisiens: renaît encore mon émerveillement  

d'enfant, subjuguée par la magie des lumières et le regard

                          écarquillé des petits.  

Les "grands" incarnant le savoir, le contrôle et la raison,

   n'ont plus d'étoiles dans les yeux pour les enchanter. 

Nous avons perdu le charme, la beauté, le merveilleux,

                                 le mystère... 

  

En abandonnant nos certitudes, notre enfant intérieur

s'émeut, exulte, se connecte à sa nature divine, voit

l'invisible derrière le visible, se relie à sa créativité. 

             Il voit l'extraordinaire dans l'ordinaire.

Délicat, il est la poésie de la vie, la lumière au fond des

                           yeux, la fleur au coeur.


Osons nous émerveiller, nous abandonner à cette émo-

                           -tion qui nous rosit l'âme.


Commenter cet article

flipperine 15/11/2014 17:32

et je peux te dire que je m'émerveille tjs quand je vois une belle vitrine, que des yeux scintillent de lumière

charlotte 15/11/2014 20:10

Et c'est trop bien, n'est-ce pas?!

SAINT-SONGE 15/11/2014 08:24

oh mais, ça fait plus de quinze jours, ici que se sont dressés les "sapins de noël", et les guirlandes dans les rues de ... Quimper;.. Bientôt, dès septembre : on le fêtera, ce consumérisme-là... Bon s'âme dit...B.

CHARLOTTE 15/11/2014 12:56

;) :)

SAINT-SONGE 15/11/2014 12:12

bravo, bravissimots, si si, of course, I love it so much... les cadeaux de la vie sont les plus merveilleux, ceci dit...

CHARLOTTE 15/11/2014 11:47

J'adore les cadeaux, pas vous? Cela dit, la vie m'en fait tellement!

SAINT-SONGE 15/11/2014 10:31

Avez-vous constaté, vous avez placé votre "je"(u) au pluriel , le conjuguant ainsi :"je mentionnent".. , à mon humble avis, vous souhaitez beaucoup de cadeaux...

SAINT-SONGE 15/11/2014 10:18

Vrai. J'eusse fait pareil, admiratif devant les vitrines, sans rien acheter, à la nuit tombée...